Victoire pour l’UMIH : L’artisanat enfin reconnu pour la restauration !

05/11/14

Lors de la réunion de conclusion du groupe de travail « Maître restaurateur & Artisan-cuisinier », Carole DELGA, secrétaire d’Etat en charge de l’Artisanat, du Commerce, de la Consommation et de l’Economie sociale et solidaire, a annoncé sa volonté d’inscrire le métier de cuisinier au répertoire des métiers, permettant ainsi la reconnaissance du statut d’artisan pour le cuisinier.

L’UMIH, qui milite pour la reconnaissance de l’artisan-cuisinier depuis longtemps, se félicite de cette annonce qui va enfin valoriser et identifier le métier de cuisinier. En effet, alors que les professionnels cuisiniers se reconnaissent dans le terme « artisan », synonyme pour les Français de transformation des produits bruts, de savoir-faire traditionnel et de transmission de ce dernier, juridiquement ils n’avaient pas le droit d’utiliser le terme « artisan », car le métier n’était pas inscrit au répertoire des métiers.

« Le cuisinier était le seul métier de bouche à ne pas être inscrit au répertoire des métiers ! Nous nous félicitons du travail réalisé avec Carole DELGA pour aboutir à cette reconnaissance attendue par des milliers de professionnels cuisiniers, qui œuvrent tous les jours pour notre gastronomie, son identité et pour l’attractivité de nos territoires. », se félicite Roland HEGUY, Président confédéral de l’UMIH.

L’artisan-cuisiner n’est pas un label supplémentaire. C’est la reconnaissance d’un statut qui s’inscrit dans un dispositif global de valorisation de la gastronomie française, aux côtés de la mention Fait maison et du titre d’Etat Maître Restaurateur. C’est un signal fort adressé aux milliers de professionnels : «  L’identification du travail artisanal du cuisinier était une nécessité pour mettre en avant notre gastronomie. Le but est de valoriser l’excellence des professionnels de la restauration traditionnelle en mettant en avant leur compétence et leur engagement en faveur de la qualité Aujourd’hui, on reconnaît leur travail, leur savoir-faire et sa transmission. », ajoutent Hubert JAN & Jean TERLON, Président et vice-président de la branche restauration de l’UMIH.

Ce statut renforcera ainsi la mention Fait maison : « Ce sont ces deux caractéristiques, reconnues ensemble, qui permettront de valoriser la relation de confiance entre le client et le restaurateur, la transmission d’un savoir-faire et le travail du produit brut, et ce en toute transparence pour le consommateur. » conclut Hervé BECAM, vice-président confédéral de l’UMIH.