Transparence de l’affichage des contrôles hygiène : la généralisation ne doit pas se faire au détriment de la profession

06/07/15

L’UMIH et ses syndicats associés, favorables au principe de transparence et d’amélioration du niveau d’hygiène, ont écrit à Stéphane Le FOLL pour exprimer leur mécontentement sur la généralisation du dispositif de l’affichage des contrôles hygiène en restauration prévu le 1er janvier 2016. En effet, lors du dernier comité de pilotage, la Direction générale de l’Alimentation a proposé un dispositif de généralisation, différent de celui actuellement en cours d’expérimentation et ne prenant pas en compte les commentaires de la profession.

 

Le dispositif proposé par la DGAl ne prend pas en compte l’avis des professionnels qui plaident pour réaliser un bilan sectoriel plutôt qu’une note individuelle, comme le propose le cabinet Blézat mandaté par le ministère.

 

Alors que le site présentant les premiers résultats de l’expérimentation est en ligne depuis seulement deux jours sans analyse ni retour d’expérience des professionnels et des consommateurs, le dispositif présenté risque de stigmatiser des établissements ayant obtenu une note moyenne et entrainera en conséquence une baisse de leur activité, fragilisant encore plus le secteur dans le contexte économique actuel (100 dépôts de bilan par semaine). 

 

L’UMIH et ses syndicats associés dénoncent un tel dispositif qui nuira à la santé financière des entreprises et à l’emploi.

 

Roland HEGUY, Président confédéral de l’UMIH, s’interroge et déclare : «Pourquoi décider aujourd’hui sans attendre les résultats de cette expérimentation ? Pourquoi ne pas écouter les professionnels exténués par l’empilement de nouvelles réglementations (accessibilité, allergènes, fait-maison, pénibilité…) ? Combien de dépôts de bilan et d’inscriptions à Pole Emploi seront nécessaires pour être entendus ? ». Il demande à ce que la profession soit entendue.