Sondage UMIH/OpinionWay : Les restaurants vus par les Français

13/04/13

Publié en exclusivité dans Le Figaro

 

Le débat sur la place de la restauration française fait rage. C’est pourquoi, l’UMIH (Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie), l’organisation professionnelle leader du secteur de l’hôtellerie-restauration, a commandé une enquête auprès d’OpinonWay sur « Les restaurants vus par les Français » afin d’avoir enfin une étude réaliste et fiable sur la perception des Français de nos restaurants et leurs attentes.

 

Trois principaux enseignements sont à tirer de cette enquête :

  • L’image des restaurants est satisfaisante pour le nombre de plats proposés, la convivialité de nos établissements, la qualité des plats proposés, le service et l’accueil, et l’origine des produits.
  • Les Français ont confiance dans nos restaurants.
  • Les Français demandent à la profession plus de transparence puisque 96% des personnes interrogées souhaitent un statut garantissant que les plats sont cuisinés sur place.

 

Pour Roland HEGUY, Président confédéral de l’UMIH, « ce sondage appuie le travail engagé depuis de longs mois par l’UMIH et sa branche Restauration pour une meilleure reconnaissance de la restauration artisanale. Nous sommes arrivés à un moment déterminant pour l’avenir de la restauration artisanale. C’est une attente partagée à la fois par les professionnels et par les consommateurs. Ces derniers doivent savoir dans quel type d’établissement ils se trouvent en franchissant la porte du restaurant. »

 

Pour cela, l’UMIH souhaite faire reconnaître le caractère artisanal du métier de restaurateur et examine ainsi les conditions pour inscrire le titre d’artisan-restaurateur en s’appuyant sur le label d’Etat Maitre Restaurateur qui devra nécessairement évoluer. Ce label est le seul titre délivré par l’Etat et intéresse un spectre le plus large possible : allant du restaurant traditionnel le plus simple aux grandes tables étoilées. C’est le moyen existant et efficace pour faire reconnaître le statut d’artisan-restaurateur.

 

« C’est la seule solution pour valoriser cette restauration qui travaille les produits bruts, qui est un vivier d’emplois, qui assure la transmission des savoirs et qui garantit la relation de confiance qui doit nécessairement exister entre le consommateur et le restaurateur.

 

Aujourd’hui, la multiplication des labels, les actes isolés, le protectionnisme, sont autant de propositions qui sèment la confusion chez nos cuisiniers et chez nos clients. Elles ont un effet contre-productif. La profession doit avancer unie et fédérée avec un seul objectif : permettre à la restauration artisanale de pouvoir enfin s’appeler comme telle et permettre au consommateur de pouvoir la différencier et la choisir. C’est tout le sens du travail engagé par l’UMIH. », conclut Roland HEGUY.