Réforme des rythmes scolaires : les discussions doivent s’ouvrir avant 2015

19/09/13

Suite à la présentation des projets de calendriers scolaires allant de 2014-2015 à 2016-2017 où ne figure aucune modification sur l’organisation globale du calendrier scolaire, les professionnels du tourisme demandent que les discussions sur l’évolution des rythmes scolaires s’ouvrent le plus rapidement possible, avant 2015.

 

C’est une réforme majeure, attendue par tous et qui doit être menée à son terme et dans sa globalité. Attendre 2015 pour entamer les discussions, c’est beaucoup trop tard. La question des rythmes scolaires, c’est la mise en œuvre d’un nouveau calendrier scolaire qui, tout en respectant l’intérêt de l’enfant, doit également prendre la mesure de son impact sur l’économie du tourisme français, sur ses emplois et ses retombées positives pour le financement des collectivités locales et de l’Etat. Des solutions existent qui n’opposent pas intérêt de l’enfant et activité touristique.

 

Les professionnels du tourisme regrettent que le raccourcissement des vacances estivales de 8 semaines à 6 semaines avec l’instauration d’un zonage ne figure pas dans le projet actuel. L’été 2013 a encore une fois confirmé la tendance : le pic d’activité se réduit entre le 1er et le 20 août. Instaurer le zonage pour les vacances estivales, c’est permettre à plus de Français de partir en vacances tout en leur offrant une plus grande souplesse dans les prix, d’éviter les pics d’activité en assurant une meilleure répartition de l’offre hôtelière, de faciliter les transports, de réduire les nuisances environnementales, et surtout de maintenir des activités touristiques et des emplois sur tout le territoire national.

 

Concernant les projets de calendrier présentés, les professionnels du tourisme déplorent que :

  • Les vacances de printemps arrivent trop tard, notamment pour les stations de montagne dont l’activité ne pourra pas bénéficier de ces périodes de congés. A de nombreuses reprises, les professionnels ont interpelé le Gouvernement sur la nécessité de refaire des mois de février et d’avril des mois de vacances avec l’avancement des départs en vacances pour ces périodes. Les vacances d’hiver en février et les vacances de printemps au mois d’avril. Il est regrettable que rien ne change pour les vacances de printemps alors même que les conséquences économiques et sociales sont importantes : la fréquentation des vacances de printemps estimée à 8% de la fréquentation annuelle des stations avant 2010 n’est plus que de 2% en 2012-2013.
  • Le calendrier 2016-2017 propose des départs en congés à mi semaine. Cette proposition est inacceptable en l’état pour les professionnels du tourisme car elle aurait des conséquences importantes que ce soit en termes de fréquentation ou d’emplois. Lors de l’expérience précédente (1995/1996 pour les vacances de Noël, et 1996/1997 pour les vacances d’hiver les professionnels, au final, n’avaient travaillé qu’une semaine !

 

L’UMIH, Domaines skiables de France, SNAV, SNRT, CNPA et SETO souhaitent que les discussions s’ouvrent au plus vite et rappelleront au ministère les propositions qu’ils portent depuis le début de la concertation pour faire coïncider les intérêts de tous :

 

  • L’importance du week-end de 2 jours pleins pour les activités en famille. - Refaire des mois de février et d’avril des mois de vacances avec l’avancement des départs en vacances pour ces périodes.
  • Le raccourcissement des vacances estivales à 6 semaines avec l’instauration d’un zonage. - Le maintien du rythme 7+2 entre la rentrée de septembre et les vacances de Noël, et d’une manière générale de au plus 7 semaines de classe alternées avec 2 semaines de vacances.