Prévention des risques sonores : l’UMIH demande une concertation avec l’ensemble des parties prenantes

09/10/13

Le Haut Conseil à la Santé Publique a remis la semaine dernière au Ministère de la Santé son rapport relatif à la prévention des risques sonores, notamment sur les jeunes générations.

 

Si l’UMIH est favorable à certaines mesures préconisées notamment l’instauration d’un espace de repos auditif dans les établissements de nuits, la mise en place d’un afficheur pour indiquer le volume sonore et la durée d’exposition à ne pas dépasser, ou encore la mise à disposition de bouchons de protection auditive, l’organisation professionnelle leader du monde de la nuit rappelle pour autant l’effet contreproductif de mesures qui seraient prises unilatéralement sans concertation, notamment abaisser la limitation du volume sonore.

 

Pour l’UMIH, il est important d’informer les clients sur le rôle du volume sonore dans un contexte festif et convivial, et sur ses conséquences notamment sur la santé.

 

Consciente de l’enjeu de santé publique, l’UMIH souhaite anticiper et devenir un interlocuteur incontournable sur la problématique du volume sonore au sein des lieux de loisirs et de nuit.

 

« Si la profession n’est pas force de proposition alors, des décisions radicales et arbitraires risquent d’être imposées aux professionnels. Aujourd’hui, que constatons-nous ? Après l’interdiction de la cigarette dans les lieux publics et les mesures de la loi BACHELOT pour limiter la consommation d’alcool, la consommation de tabac et d’alcool, notamment chez les jeunes, n’ont jamais été aussi hauts. Une baisse globale et généralisée du son dans tous les types d’établissements et pour tous les créneaux horaires, aura un effet totalement « contre productif », avec une jeunesse qui désertera encore un peu plus nos établissements pour se tourner vers des soirées privées ou illégales, dans lesquelles aucune règle donc aucune protection du client n’est appliquée. », indique Pierre CHAMBON, Vice-Président général des Etablissements de Nuit au sein de la branche UMIH Cafés Brasseries Etablissements de Nuit.

 

Pour s’attaquer à cette problématique de santé publique, l’UMIH est convaincue que seules des mesures intermédiaires, adaptées aux différents types d’établissements et fondées sur l’expérience, le souhait des professionnels et de leur clientèle, aboutiront aux résultats escomptés.

 

L’UMIH, pionnière sur la prévention des risques sonores

 

Dès juillet dernier, l’UMIH a lancé l’opération « Montez l’ambiance… baisser le son » à Lyon en partenariat avec la ville de Lyon, des scientifiques, l’association JNA et l’Ecole de DJs UCPA afin de prévenir et d’informer les clients et les employés des établissements festifs sur le rôle du volume sonore. L’opération, unique en France, s’est déroulée au cours d’une soirée durant laquelle des établissements nocturnes lyonnais ont proposé des méthodes concrètes pour ne pas tuer « la fête » tout en tenant compte de ce vrai problème de santé publique.

 

Cette opération a vocation à se généraliser dans toute la France. La prochaine opération aura lieu à Strasbourg le 20 novembre 2013.

 

Par ailleurs, Laurent LUTSE, Président UMIH Cafés Brasseries Etablissements de Nuit, a été nommé membre du Conseil national du Bruit pour représenter et défendre les intérêts des professionnels sur les questions relatives à l’environnement sonore.