Le tourisme français en sursis

16/07/14

Les acteurs du tourisme* prennent acte de l’abandon à l’Assemblée nationale, du projet de relèvement du plafond des tarifs applicables à la taxe de séjour à 8 euros par nuitée et par personne (contre 1,50 € actuellement).

 

Les professionnels se félicitent de voir que, sous leur impulsion, parlementaires et membres du Gouvernement ont entendu raison. Mais l’heure n’est pas au triomphalisme et les professionnels demeurent extrêmement vigilants quant à la suite de la discussion parlementaire, notamment sur la taxe HUCHON (taxe supplémentaire régionale en Ile-de-France de 2€ par nuitée et par personne) qui sera débattue cet après-midi avec une proposition parlementaire d’un montant variable entre 0,2 et 5 euros.

 

Les professionnels souhaitent rappeler que les élus du Conseils Régional d’Ile de France ont déjà taxé de façon déraisonnable ces dernières années les projets touristiques : + 200% d’augmentation pour la surtaxe sur les locaux commerciaux, +39,2% d’augmentation pour la taxe de séjour en Ile-de-France.

 

Après avoir ainsi frappé les surfaces d’exploitation touristique, les élus Franciliens s’attaquent directement aux consommateurs, nos clients, en confisquant leur pouvoir d’achat : une surtaxe appelée dorénavant « Contribution transport régionale » comme préconisée par Olivier Faure (entre 0,2 et 5 euros) impactera les 18,2 millions de touristes français qui séjournent en IDF et découragera les 14 millions de touristes internationaux qui se tourneront vers d’autres villes européennes. Les futurs touristes en Ile-de-France paieront donc deux fois leur transport via leur billet (RATP / SNCF) et via leurs nuits dans un hébergement marchand.

 

Sacré grande cause nationale, sanctuarisé par les Assises, le Tourisme peut être affaibli cet après-midi par la seule volonté d’élus franciliens. Les professionnels craignent des aménagements dangereux qui auront pour effet mécanique de réduire la fréquentation touristique et demandent le retrait de la taxe Huchon.

 

La suppression à la demande du Gouvernement au dernier instant de la surtaxe Hidalgo est un vote de bon sens économique rendu possible grâce aux efforts conjugués de l’ensemble des acteurs du Tourisme, tous réunis pour la 1ere fois sous une seule bannière.

 

Pour les prochains rendez-vous, les professionnels du tourisme espèrent vivement que la notion de concertation aura la même signification pour tous. La méthode doit être revue : est-il normal dans la France de 2014, en l’absence de diagnostic partagé et de travail en commun, que des milliers d’entreprises de l’hébergement retiennent leur souffle jusqu’à la dernière seconde de la fin des débats parlementaires ? Pourquoi ? Pour pallier avec du retard un choix d’investissement non financé.

 

Face aux incertitudes, les acteurs du tourisme entendent poursuivre leur mobilisation avec la pose sur leur panonceau d’un message décliné en 8 langues : « SURTAXER TUE L’EMPLOI », « SURTAXER NUIT GRAVEMENT A L’EMPLOI ».

 

 

*Organisations présentes :

  • UMIH
  • Alliance 46.2
  • Best Western
  • CGPME
  • CPIH
  • Club des Dirigeants Hôtellerie Internationale et Prestige
  • FAGIHT
  • Gîtes de France
  • GNC
  • Logis
  • Medef
  • Relais & Châteaux
  • SEH
  • SNAV – Les Professionnels du Voyage
  • SNRT
  • UNIMEV