Le ras-le-bol du secteur CHRD

22/10/13

L’UMIH, l’organisation professionnelle représentative leader du secteur des CHRD (Cafés – Hôtels – Restaurants – Discothèques), tire la sonnette d’alarme sur les difficultés économiques que rencontrent les entreprises du secteur et alerte le Gouvernement sur les conséquences économiques et sociales dramatiques à venir : défaillances d’entreprises, destruction d’emplois, gel des embauches et des contrats d’apprentissage, désertification des zones rurales, baisse du pouvoir d’achat.

 

Sur le premier semestre de 2013, l’ensemble des indicateurs sont dans le rouge avec un risque majeur d’aggravation de la crise sur la deuxième moitié de l’année et en 2014 :

  • Les taux de défaillance dans nos entreprises atteint des records[1] :
    • +7% sur les 9 premiers mois de 2013 par rapport à 2012
      • +8% pour la restauration
      • +5,9% pour les débits de boissons
    • 3ème secteur le plus touché après l’agriculture et les services aux particuliers
    • La restauration concentre une défaillance sur dix – tous secteurs confondus - dont les 2/3 se situent dans la restauration traditionnelle.

 

Le chiffre d’affaires de nos entreprises ne cesse de diminuer : Avec une baisse de 3,5% de son chiffre d’affaires l’hôtellerie-restauration est le 3ème secteur le plus touché en France derrière les travaux publics et la fabrication

  • - 5% de chiffre d’affaires au premier trimestre 2013 (versus T2 2012) [2],
  • - 3,5% de chiffre d’affaires au deuxième trimestre 2013 (versus T2 2012)[3],
  • Une nouvelle baisse de - 3.8% prévue en 2013[4],
  • L'écart se creuse plus particulièrement pour le service à table (SAT) qui recule de 6,72% au 1er semestre 2013 (versus S1 2012)[5] %

 

  • Le taux de prélèvement obligatoire est au plus haut : plus de 45% du PIB

 

  • Alourdissement de la fiscalité :
    • Augmentation du taux de TVA pour l’hôtellerie et la restauration au 1er janvier prochain soit un taux doublé en moins de 3 ans
    • Eco Taxe poids lourds
    • Taxe sur les boissons sucrées, taxe sur la bière, projet de taxe sur les boissons énergisantes
    • Inflation des taxes locales : Taxe locale sur la publicité extérieure, augmentation de la taxe de séjour suite à la réforme du classement hôtelier, CET (CFE & CVAE), taxe foncière, taxe sur les terrasses, etc.
    • Future réforme des retraites et projet du compte pénibilité qui seraient financés pour la majeure partie par les entreprises

 

  • L’aide à l’apprentissage supprimée : Si le Gouvernement a assuré le maintien pour les entreprises de moins de 10 salariés, la mesure sera financée en rabotant le crédit d’impôt dont bénéficient les employeurs d’apprentis ! Ce n’est pas acceptable. Comment lutter contre le chômage en réduisant l’apprentissage, voie royale dans notre secteur pour trouver un emploi.

 

  • Aujourd’hui, 37 % des dirigeants d’entreprises du secteur HCR déclarent avoir rencontré des difficultés d’accès aux crédits d’exploitation soit une hausse de 4 points par rapport à novembre 2012.[6]

 

  • Pire, le volume d’investissement des PME du Tourisme a perdu 5 points en mai 2013 par rapport à mai 2012.[7]

 

  • On constate sur l’ensemble du territoire le développement d’activités illégales agissant en toute impunité, sans aucun respect de la réglementation ni contrôle de l’administration et qui concurrencent directement et de manière déloyale nos entreprises.

 

« Non, nous ne voyons pas la moindre reprise économique dans notre secteur. Au contraire, nous subissons tous les jours, des nouvelles taxes et de nouvelles mesures qui viennent fragiliser un peu plus nos entreprises et nos salariés.

Les grandes entreprises annoncent des plans sociaux. Ce ne sont pas les seules, il est temps de regarder la réalité du terrain. Sur l’ensemble du territoire, des milliers de TPE et PME mettent la clé sous la porte, dans le plus grand silence et dans l’indifférence générale. Des milliers d’hommes et de femmes se retrouvent sans travail, des milliers d’entreprises qui créent du lien social dans les zones rurales les plus reculées disparaissent. L’hémorragie continue et va s’amplifier au 1er janvier 2014. On va assister au plus grand plan social dans l’histoire de notre secteur d’activité : 1 point de TVA c’est 10 000 emplois détruits.», déplore Roland HEGUY, Président confédéral de l’UMIH.

 

Les pouvoirs publics doivent réagir et prendre en compte la sinistralité du secteur HCR, jusqu’alors fortement pourvoyeur d’emplois, notamment auprès des jeunes, dans leur choix budgétaire et lors des prochaines Assises de la fiscalité.

Les professionnels cafetiers, restaurateurs, hôteliers, ou du monde de la nuit ne sont plus en mesure de pouvoir gérer efficacement leur entreprise. « Nous avons besoin d’une visibilité fiscale et sociale claire et pérenne. Nous avons besoin d’avoir confiance en l’avenir pour embaucher et investir. », conclut Roland HEGUY.

Le prochain Congrès de l’UMIH qui aura lieu à Cannes du 26 au 28 novembre prochain abordera évidemment toutes ces questions.

 

 

La contribution du secteur CHRD à l’économie française

  • Les CHRD, acteurs majeurs du tourisme qui représente 7% du PIB
  • 203 375 établissements partout en France dont environ 96% d’entreprises de moins de 10 salariés en équivalent temps plein :
    • Environ 70 000 entreprises indépendantes/TNS (Travailleurs Non Salariés)
    • Environ 90 000 entreprises de 1 à 3 salariés
  • 701 024 salariés[8] et autant d’emplois non délocalisables
  • Premier secteur créateur d’emplois Un quart de salariés de moins de 26 ans[9], un tiers de salariés de moins de 30 ans[10]
  • 80% de contrats de travail pérennes (CDI)
  • Deuxième secteur d’insertion professionnel après l’intérim
  • 64% des embauches de débutants se font, sans exigence particulière de diplôme, auprès de jeunes non formés aux métiers du secteur L’ascenseur social fonctionne encore dans notre secteur et l’on peut encore devenir chef de sa propre entreprise
  • Rôle déterminant dans le maillage territorial



[1] Etude ALTARES « Analyse 3ème trimestre 2013 : défaillances et sauvegardes d’entreprises en France » - 15 octobre 2013

[2] Conjoncture des PME, enquête semestrielle de Juillet 2013

[3] Enquête conjoncturelle UPA

[4] Conjoncture des PME, enquête semestrielle de Juillet 2013

[5] Enquête GIRA Conseil, Septembre 2013

[6] Enquête semestrielle Juillet 2013, BPI

[7] Indicateur courant des investissements de la BPI (Conjoncture des PME, enquête semestrielle de Juillet 2013)

[8] Sources DGCIS, INSEE, Bilan du Contrat d’Avenir de la Restauration menée par le Ministère du Tourisme – Novembre 2012

[9] Source FAFIH 2012

[10] Source FAFIH 2012