La réforme des rythmes scolaires, c’est maintenant !

12/12/12
Dej en famille

A la veille du Conseil supérieur de l’Education, Roland HEGUY, Président confédéral de l’UMIH, Thierry GREGOIRE, Président d’UMIH Saisonniers, Georges COLSON, Président du SNAV et René-Marc CHIKLI, Président du CETO, Lionel GUERIN, Président de la FNAM, rappellent la nécessité de faire aboutir la réforme des rythmes scolaires le plus rapidement possible, dès la rentrée 2013.

La question des rythmes scolaires est traitée a minima dans le projet de loi d’orientation sur l’école que présentera Vincent PEILLON début janvier. En effet, le changement proposé c’est une demi-journée de classe supplémentaire, ce qui existait déjà avant 2008. Rien sur la réforme globale des rythmes scolaires ! C’est une réforme difficile, mais aujourd’hui, le Gouvernement doit avoir le courage de la mener à bien et à son terme car elle est attendue par tous.

Les professionnels du tourisme souhaitent que des modifications  soient apportées rapidement au calendrier publié pour l’année scolaire 2013-2014 et proposent :

  • Le raccourcissement des vacances estivales à 6 semaines avec l’instauration d’un zonage afin de permettre à plus de Français de partir en vacances tout en leur offrant une plus grande souplesse dans les prix, d’éviter les pics d’activité en assurant une meilleure répartition de l’offre hôtelière, de faciliter les transports, de réduire les nuisances environnementales, et surtout de maintenir des activités touristiques et des emplois sur tout le territoire national. Juillet redeviendrait ainsi un mois de vacances. Les professionnels du tourisme proposent ainsi la mise en place de deux zones qui partiraient en vacances avec une semaine de décalage ;

 

  • Les vacances d’hiver en février et les vacances de printemps au mois d’avril. Il s’agit de refaire des mois de février et d’avril des mois de vacances avec l’avancement des départs en vacances pour ces périodes. Cette année, une zone partira en vacances d’hiver au mois de mars et en vacances de printemps au mois de mai ! A l’heure où la France compte 3 millions de chômeurs, c’est permettre le maintien d’une forte activité touristique dans les stations de montagnes et donc le maintien de centaines de milliers d’emplois. Aujourd’hui, les emplois saisonniers, c’est 300 000 salariés sur l’ensemble de notre territoire. Les vacances de printemps telles qu’elles sont prévues dans le calendrier actuel menace 35 000 emplois ;

 

  • Le maintien du rythme 7+2 entre la rentrée de septembre et les vacances de Noël.