L’UMIH et le GNC appellent les plateformes et comparateurs en ligne à se conformer en urgence aux principes arrêtés par les institutions européennes!

27/05/16

Depuis plusieurs années l’UMIH et le GNC agissent pour restaurer une concurrence saine entre les acteurs numériques et les professionnels du tourisme (1), et se félicitent que la Commission européenne ait publié mercredi un document d’orientation sur les plateformes en ligne, dont le rôle est de plus en plus dominant dans le marché du Tourisme. La Commission européenne rejoint enfin nos positions en émettant des voix critiques sur le fonctionnement des plateformes en ligne et annonce le lancement d’enquêtes sur leurs pratiques BtoB.

 

L’UMIH et le GNC soulignent également les principes-clés annoncés pour les sites comparateurs en ligne, qui visent à corriger certaines pratiques trompeuses pour les consommateurs et de fait, préjudiciables aux entreprises du secteur. Il s’agit notamment de la pratique des « résultats de recherche commandités », contraire aux souhaits des consommateurs qui recherchent des résultats naturels non biaisés, des informations réelles sur la disponibilité et des explications claires sur les critères de classement.

 

La Commission reconnaît à juste titre l'importance des plateformes en ligne comme porte d’entrée des marchés, mais aussi le peu de pouvoir des entreprises du secteur pour résister à certains abus de positions dominantes. En effet, sur le marché de la réservation hôtelière en ligne, trois acteurs dominent la quasi-totalité du marché, dont le plus important possède environ 60% du marché en Europe !

                                  

L’UMIH et le GNC rappellent que la position dominante des plateformes et le potentiel abus qu’elle sous-tend doit être la première priorité à traiter, afin de créer les conditions d’un marché en ligne juste et équitable en Europe.

 

L’UMIH et le GNC se félicitent tout particulièrement que la Commission relève de la consultation publique  les « clauses de parité déloyales avec des effets néfastes pour le consommateur », qui privent les entreprises de leur liberté commerciale et tarifaire et donc le consommateur de disposer de meilleurs prix en direct.

 

« Après la France avec le décret du 22 avril 2016 relatif aux obligations d’information des sites comparateurs en ligne, issu d’une consultation à laquelle l’UMIH a très activement participé au sein du CNC (Conseil National de la Consommation), nous nous félicitons que les mêmes principes d’affichage, d’information et de transparence soient également proclamés au niveau européen. Nous demandons à tous les acteurs concernés de mettre en œuvre rapidement ces principes pour permettre un marché équitable. » déclarent Roland HEGUY, Président confédéral de l’UMIH et Jacques BARRE, Président du GNC.

 

« L'industrie hôtelière demeure préoccupée par le déséquilibre entre le marché très concentré des plateformes et très fragmenté des professionnels, le plus souvent très dépendants de celles-ci », a déclaré Laurent DUC, Président de la branche Hôtellerie et de la Commission Europe de l’UMIH. « Nous nous réjouissons que la Commission européenne entende la revendication des professionnels pour rééquilibrer leurs relations commerciales avec les plateformes de réservation et les comparateurs en ligne, pour leur redonner enfin la possibilité d’utiliser les supports digitaux pour proposer à leurs clients des meilleurs prix et offrir une meilleure attractivité. »

______________________ 

[1] Travail avec l’AFNOR pour la création de la norme NF Z74‑501 sur les avis de consommateurs en ligne, saisine de la CEPC en juin 2012 contre les OTA, saisine de l’Autorité de la concurrence le 2 juillet 2013, intervention au soutien du ministre dans les deux actions en cours devant le Tribunal de commerce et la Cour d’Appel contre Booking et Expedia, force de propositions de régulations (notamment contrat de mandat pour les OTA et interdiction des clauses de parité tarifaire, numéro d’immatriculation et déclaration des revenus pour le collaboratif), contributions européennes notamment à la consultation Google, etc.