L'UMIH dénonce la nouvelle taxe sur les boissons énergisantes

25/10/13

Les députés ont voté hier, lors de l’examen du projet de loi de financement de la Sécurité Sociale à l’Assemblée nationale, la création d’une nouvelle taxe sur les boissons dites « énergisantes » à hauteur d’un euro par litre dès le 1er janvier 2014. Sont ainsi concernées les boissons contenant plus de 0,22 g de caféine ou 0,3 g de taurine par litre.

 

S’il apparaît aujourd’hui nécessaire de mieux encadrer au niveau national et européen pour ne pas pénaliser les entreprises frontalières, la distribution, la vente et la consommation de ce type de boissons, l’UMIH, l’organisation professionnelle représentative leader du secteur CHR (Cafés – Hôtels – Restaurants – Etablissements de Nuit) dénonce l’instauration d’une nouvelle taxe qui n’aura aucune incidence sur la consommation de ces boissons auprès des jeunes. Cette énième taxe n’apportera donc aucune réponse concrète aux enjeux de santé publique. Pire ! Elle fragilisera encore un peu plus nos établissements déjà confrontées à de graves difficultés économiques.

 

En effet, les professionnels CHRD seront mécaniquement impactés par la répercussion de cette taxe au reste de la chaîne de distribution et de vente.

 

« Ce n’est pas en créant une nouvelle taxe que les jeunes arrêteront de consommer ces boissons. Au lieu de sensibiliser et de faire de la pédagogie auprès des consommateurs, la répression fiscale s’accentue et va pénaliser une nouvelle fois nos petites et moyennes entreprises présentes sur tout le territoire. » déclare Laurent LUTSE, Président UMIH Cafés Brasseries Etablissements de Nuit.