Grèves, blocages : nos entreprises subissent les dommages collatéraux

02/06/16

L’UMIH, au niveau national, comme au niveau de ses fédérations départementales, s’alarme des conséquences graves, économiques et sociales, des mouvements de blocage que connait la France depuis plusieurs semaines.

 

Dans les départements, les blocages, les grèves mettent nos adhérents dans une situation périlleuse, confrontés à des problèmes d’approvisionnement et d’annulations importantes de réservations pour le week-end à venir. Beaucoup de nos entreprises restent en sous-activité en ce début de  saison comme en témoigne le mois de mai en deçà des attentes des professionnels en raison de la mauvaise météo.

 

Au niveau national, les grèves, la pénurie, les blocages, les violences dans les manifestations reprises en boucle par les chaînes d’information en France et à l’étranger véhiculent des  images aux conséquences néfastes pour la destination France, déjà très affectée par les événements tragiques du 13 novembre dernier.

 

Alors que la France accueille dans 15 jours l’Euro 2016, un événement international, important en termes de retombées économiques et attendu par les professionnels du tourisme pour revaloriser son image, il est urgent de cesser de surréagir à chaque évènement et d’en peser les conséquences dramatiques sur les acteurs économiques.

 

« Dans de telles situations de blocage, ce sont nos petites entreprises, dans nos territoires, qui sont les premières touchées et fragilisées. Cette situation doit cesser. Nos entreprises et nos salariés doivent pouvoir travailler sereinement. La France a des atouts extraordinaires mais nos visiteurs français et internationaux aujourd’hui risquent de ne retenir qu’une seule chose : « grève, violence et insécurité ». », déplore Roland HEGUY, Président confédéral de l’UMIH.

 

L’UMIH reprend sienne le communiqué de l’interprofession : « Si la grève est un droit, il y a également un droit de la grève qui ne peut avoir pour seule finalité de semer le désordre. »

 

Téléchargez le communiqué de presse de communiqué de presse de l'Association Nationale des Acteurs du Tourisme

L’UMIH ne participe plus aux négociations sociales

Nos entreprises sont directement impactées par les mouvements de blocage et par les grèves : elles sont confrontées à des problèmes d’approvisionnement et subissent des annulations importantes pour les jours à venir. Nos entreprises et nos salariés demandent à pouvoir travailler sereinement.

 

L’UMIH, première organisation professionnelle du secteur de l’hôtellerie-restauration, a décidé de ne plus participer aux négociations sociales en cours jusqu’à ce que les blocages et les grèves cessent.

 

La situation devient explosive et bientôt hors de contrôle. Nos chefs d’entreprise sont exaspérés. Par cette décision, l’UMIH montre sa désapprobation totale vis-à-vis du jusqu’au boutisme de certaines organisations syndicales.