Extension du dispositif de soutien à l’investissement industriel

05/06/15

Extension du dispositif de soutien à l’investissement industriel aux travaux de mise aux normes accessibilité: L’UMIH appelle les députés à confirmer le vote des sénateurs


L’UMIH et ses structures associées se félicitent de l’adoption par les sénateurs d’un amendement au projet de loi relatif à l’accessibilité pour les personnes handicapées visant à faire figurer les dépenses liées à la mise en accessibilité des ERP dans la liste des dépenses pouvant bénéficier du soutien à l’investissement industriel.


Lorsque le Gouvernement avait présenté le dispositif de soutien à l’investissement industriel en avril dernier, l’UMIH, la CPIH, le GNC, le SNRPO et le SNRTC avaient demandé à ce que les entreprises du secteur du tourisme, et de manière plus générale celles des services, puissent bénéficier de ce dispositif. En effet, rien ne justifie un traitement différent des investissements selon les secteurs d’activité qui tous, contribuent à l’effort de relance de l’activité économique de la France.

 

 « C’est une première victoire pour les entreprises du secteur de l’hôtellerie-restauration qui représentent 80 milliards d’euros de chiffres d’affaires et près d’un million d’actifs. Si ce dispositif peut être une bouffée d’oxygène pour nos entreprises qui doivent investir massivement pour la mise aux normes accessibilité de leur établissement, nous continuons de plaider pour qu’il ne se limite pas à l’accessibilité et qu’il puisse soutenir également les dépenses d’avenir, comme celles liées au numérique notamment. », déclare Roland HEGUY, Président confédéral de l’UMIH.

« Ce dispositif va dans le bon sens car il vient en soutien aux entreprises de notre secteur.  Il apportera de l’oxygène à nos chefs d’entreprise confrontés aux mises aux normes accessibilité et plus particulièrement à la recherche de financement de ces travaux. C’est un signe encourageant pour l’équilibre financier de nos petites structures et plus globalement pour soutenir un début de croissance tant attendu dans notre secteur », a déclaré Gérard Guy, président confédéral CPIH.

« C’est un premier geste pour nos restaurateurs entrepreneurs qui ne cessent d’alerter sur l’amoncellement de charges qui sapent tous leurs efforts pour sauvegarder et développer leurs activités. Le secteur HCR, 4ème employeur en France et 1er vecteur d’insertion professionnelle, subit de plein fouet la crise et a besoin de signes concrets », ajoute Michel MORIN, Président du SNRTC.

« Effectivement, les entreprises de nos secteurs ont à supporter de nombreuses et nouvelles contraintes de mises aux normes régulières, qui constituent des coûts substantiels, alors que l’activité n’est toujours pas au rendez-vous, créant bien souvent pour nos établissement des situations de déséquilibre financier. L’extension du dispositif de suramortissement constitue dès lors une excellente mesure permettant à nos entreprises de faire face aux conséquences de ces dépenses », indique Gérard PLOMION, Président du SNRPO.

 

Les organisations professionnelles représentant plus de 90% des entreprises syndiquées du secteur appellent les députés à maintenir cette disposition lors de l’examen du projet de loi par l’Assemblée nationale.