Ethylotests dans les voitures : un pas en arrière

24/01/13

Roland HEGUY, Président confédéral de l’UMIH (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie), et Laurent LUTSE, Président de l’UMIH Cafés – Brasseries – Etablissements de nuit, regrettent l’annonce du Ministre de l’Intérieur, Manuel VALLS, ce matin, reportant sine die l’obligation d’avoir un éthylotest dans les voitures.

 

Si la controverse sur la fiabilité des éthylotests est légitime, la question de la responsabilisation des conducteurs ne doit pas pour autant être évacuée. En effet cette mesure avait été mise en place suite à la loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (LOPPSI II) qui imposait la présence de tests d’alcoolémie dans tous les débits de boissons dont la fermeture intervient entre deux et sept heures du matin. L’UMIH était d’ailleurs à l’origine de l ‘extension de l’obligation des éthylotests chimiques au kit voiture (gilet fluo et triangle de pré-signalisation)

 

 « Depuis le 1er décembre 2011, les professionnels du secteur CHRD (cafés – hôtels – restaurants – établissements de nuit) ont mis à la disposition de leurs clients des éthylotests qu’ils sont libres d’utiliser. Mais seulement 12% de la vente et de la consommation d’alcool a lieu dans nos établissements… Il nous est impossible de connaître la consommation d’alcool de nos clients avant d’arriver dans nos établissements. La sécurité routière est une préoccupation partagée par tous : les professionnels des établissements délivrant de l’alcool d’une part et les conducteurs d’autre part. La responsabilité également. », déclare Laurent LUTSE.

 

L’UMIH demande au Gouvernement de prendre en compte dans sa réflexion la question de la responsabilisation des conducteurs. La seule solution est de pérenniser l’obligation des éthylotests dans les voitures.