BPI France lance un nouveau dispositif de Prêt Restauration

18/06/15

L’UMIH et ses syndicats associés (GNC, CPIH, SNRTC, SNRPO) saluent la présentation du nouveau dispositif du Fonds de modernisation de la restauration qui permettra un accès au crédit facilité pour les restaurateurs, annoncé par le Président de la République lors du salon Planète PME à l’occasion de la  signature entre BPI France et le Gouvernement de la convention du Prêt Restauration.

 

Roland HEGUY, Président confédéral de l’UMIH se réjouit de ce nouveau dispositif : « Enfin les restaurateurs verront leurs projets facilités, ce qui n’était pas le cas aujourd’hui, et pourront bénéficier de meilleures conditions d’accès au prêt pour financer leurs mises aux normes et leur projet de modernisation.»

 

Pour Gérard GUY, Président de la CPIH : «c’est grâce à la vision globale et la complémentarité des organisations professionnelles que tous les restaurateurs bénéficient de ce nouveau dispositif».

 

Michel MORIN et Laurent CARAUX, Président et Président d'Honneur du SNRTC, se félicitent : « Ce nouveau dispositif prend en compte la diversité des acteurs de la restauration et va permettre à BPI France d'intervenir sur des projets de tailles très différentes. »

 

L’UMIH et ses syndicats associés ont participé avec la BPI France à la mise en œuvre et au pilotage de ce nouveau dispositif, issu du Fonds de Modernisation de la Restauration. Les organisations professionnelles ont été vigilantes pour que les contributions versées par les entreprises du secteur de la restauration, dans le cadre du Fonds de modernisation de la restauration, soient effectivement destinées aux professionnels restaurateurs pour financer la modernisation, la transmission et le développement de leur entreprise.

 

Grâce à des outils web performants, ce nouveau dispositif vise à rendre plus lisibles et à étendre les dépenses éligibles : mises aux normes sécurité et accessibilité, renouvellement des équipements, investissement dans le numérique, actions de formation, etc.

 

Afin de faciliter l’accès au prêt, grâce à de nouveaux critères d’obtention, BPI France prévoit un relais avec la banque du porteur de projet. Le montant des prêts sera compris entre  40 000€ et 600 000€, appuyé sur un concours bancaire à hauteur de 50% en cofinancement, à taux fixe préférentiel d’environ 2,2 % par an, sur 6 ans, sans aucune garantie ni caution personnelle du dirigeant.

 

Dans son intervention, le Président de la République a  « salué la profession que j'avais reçu à l'Élysée. Elle m'avait fait part de ses espoirs et de ses difficultés, la question est de régler les difficultés pour donner de l'espoir.  Il y a une reprise incontestable de l'activité de restauration, nous avons trouvé un arrangement sur le dossier de la TVA, nous avons favorisé l'apprentissage. Mais il faut rénover les structures, quelle que soit la qualité des produits qui sont présentés, des produits qui sont élaborés. Il faut que les établissements soient toujours aux meilleures normes et il y en a des normes. [C’est] l'objectif de ce financement [qui aura] une retombée très positive pour l'activité. »