Abandon de la refonte du calendrier scolaire : Les professionnels du tourisme demandent un examen interministériel du dossier

16/10/14

Les professionnels du tourisme et de la montagne ont appris ce jour, par voie de presse, que « la refonte du calendrier scolaire n’était pas à l’ordre du jour » de la Ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem.

 

Cette décision surprenante intervient alors qu’aucune suite n’a été donnée à leur demande de dialogue et que les deux prédécesseurs de Madame Vallaud-Belkacem, Benoît Hamon et Vincent Peillon, s’étaient engagés à plusieurs reprises devant la représentation nationale à repenser dans sa globalité le calendrier scolaire qui impacte fortement le secteur touristique français.

 

Les professionnels demandent à rencontrer la ministre de l'éducation nationale et souhaitent une implication des autres ministres concernés par le tourisme pour un examen du dossier qui prenne en compte l'ensemble des intérêts publics.

 

Ils tiennent à rappeler que la détermination des vacances scolaires, si elle répond à des impératifs pédagogiques, revêt également des impacts importants sur l’emploi touristique français (2 millions d’emplois directs et indirects).

 

Dans l’intérêt des Français, les professionnels du tourisme souhaitent rappeler leur attachement à :

  • positionner les vacances d’hiver en février et les vacances de printemps au mois d’avril,
  • accompagner l’éventuelle réduction des vacances estivales par l’instauration d’un zonage afin de pouvoir accueillir et recevoir les touristes dans les meilleures conditions.

 

Une alternance adéquate accompagnée d’un zonage des périodes de vacances estivales permettrait à plus de Français de :

  • partir en vacances tout en leur offrant une plus grande souplesse dans les prix,
  • éviter les pics d’activité en assurant une meilleure répartition de l’offre hôtelière,
  • faciliter les transports,
  • réduire les nuisances environnementales,
  • et surtout de maintenir des activités touristiques et des emplois sur tout le territoire national.

 

La mise en œuvre d’un nouveau calendrier scolaire doit permettre, tout en respectant l’intérêt de l’enfant, de prendre en compte l’impact économique sur le tourisme français, sur ses emplois et ses retombées positives pour le financement des collectivités locales et de l’Etat.

 

Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education Nationale, a annoncé qu'elle recevrait prochainement les professionnels du tourisme sur la question du calendrier des vacances scolaires.