+ 500% d’augmentation de la taxe de séjour pour les hôteliers : arrêtez le massacre

26/06/14

L’UMIH déplore l’adoption par les députés d’un amendement visant à relever le plafond des tarifs applicables à la taxe de séjour à 8 euros par nuitée et par personne (contre 1,50 € actuellement), soit une augmentation de plus de 500%. Si le projet devait rester en l’état, il s’agirait alors d’une véritable rupture dans le dialogue entre les professionnels et les pouvoirs publics.

 

Cet amendement, qui vise l’ensemble de l’hôtellerie française, a été adopté alors que l’hôtellerie francilienne est aussi actuellement menacée avec l’amendement relatif à l’instauration d’une taxe régionale supplémentaire pour l’Ile-de-France de 2€ par personne et par nuitée.

 

Ces initiatives parlementaires interviennent alors qu’aucune concertation avec les professionnels n’a eu lieu sur ce sujet et sont en contradiction totale avec l’esprit de dialogue qui a guidé les travaux des Assises du Tourisme et dont les conclusions, rendues publiques il y a moins d’une semaine, reconnaissaient la nécessité de soutenir la compétitivité du tourisme.

 

Que ce soit au réel ou au forfait, le montant de la taxe de séjour est fixé par délibération du conseil municipal de la commune dans le respect d’un barème « flottant » fixé au national par un décret.

 

« Augmenter de 500% le plafond de la taxe de séjour, en fixant un montant à 8€ par personne et par nuitée, c’est ouvrir la boîte de Pandore pour les collectivités, qui confrontées à des problèmes de financement ont déjà recours à des augmentations ciblées de la taxe de séjour. Les parlementaires sont en train d’adopter des mesures irresponsables qui auront des conséquences graves sur l’activité de nos hôtels, qui, faut-il encore le rappeler, sont des entreprises « Made In France », présentes sur l’ensemble du territoire français, qui emploie près de 180 000 salariés et qui participe à l’aménagement du territoire. Les hôteliers, que je représente, sont extrêmement en colère, et demandent instamment aux parlementaires et au Gouvernement de cesser le massacre qui se prépare. », s’insurge Roland HEGUY, Président confédéral de l’UMIH.

 

L’UMIH rappelle qu’entre 2008 et 2011, la taxe de séjour a déjà progressé de 26,3% représentant une collecte nationale de 212,8 millions d’euros en 2011.

Le gouvernement opposé "sur le fond et la forme" à la réforme de la taxe de séjour

Le gouvernement et l'Elysée sont opposés "sur le fond et la forme" à la réforme relevant le plafond actuel de la taxe de séjour en cours d'examen à l'Assemblée, selon une source gouvernementale.

 

"Sur la forme, (...) l'urgence dans laquelle les amendements ont été préparés n'est pas justifiée", estime une source gouvernementale proche du dossier. "Il faut veiller à travailler dans la cohérence et la concertation avec tous les professionnels du secteur", ajoute-t-elle.

 

"Sur le fond, la France est classée dernière par le World Economic Forum en termes de rapport qualité/prix dans le tourisme, et la clôture des Assises (du tourisme la semaine dernière, NDLR) visait justement à traiter la compétitivité de notre tourisme au niveau mondial", poursuit cette source.

 

Cette opposition concerne un amendement adopté mercredi soir tard sur les taxes appliquées à tous les hôtels. L'amendement quintuple cette taxe pour les hôtels 3, 4 et 5 étoiles. Pour les 3 étoiles, elle passe de 1 à 5 euros; et de 1,50 à 8 euros pour les 4 et 5 étoiles.

Roland HEGUY interviewé dans le Parisien : « Nous ne sommes pas des vaches à lait »

Parallèlement, l’UMIH est toujours en alerte sur le projet de taxe régionale supplémentaire de 2€ par personne et par nuitée. Roland HEGUY s’est d’ailleurs exprimé sur le sujet dans Le Parisien.