Usage des motoneiges : l’UMIH écrit au Gouvernement

28/04/14

De plus en plus d’exploitants de restaurants d’altitude se voient interdire l’usage des motoneiges, en raison du code de l’environnement. L’UMIH a écrit à Ségolène ROYAL, ministre de l’Ecologie, de Développement durable et de l’Energie, Fleur PELLERIN, secrétaire d’Etat en charge de la Promotion touristique et Frédéric CUVILLIER, secrétaire d’Etat en charge des Transports, de la Mer et de la Pêche. L’UMIH les a alerté sur le fait que ces interdictions sont basées sur une interprétation stricte et contestable de ce code, qui pourrait être à l’origine de la disparition de milliers d’emplois et de centaines de fermetures partielles de restaurants d’altitude dans nos stations de montagne.

 

En effet, si le code de l’environnement interdit bien l’utilisation d’engins motorisés conçus pour la progression sur neige lorsqu’elle a lieu à des fins de loisirs, l’emploi de tels engins pour nos établissements présente uniquement un caractère professionnel : le trajet aller-retour des clients dans un lieu qui serait autrement inaccessible en soirée.

 

Or les établissements de restaurations d’altitude contribuent grandement à l’attractivité des stations, mais également des communes touristiques avoisinantes, et sont sources d’emplois importants en montagne.

 

Si les professionnels de la restauration sont bien conscients de l’impact écologique des motoneiges, l’UMIH demande au Gouvernement de trouver un juste équilibre entre les objectifs de développement durable et le maintien des activités économiques et de l’emploi.