Tribune libre d’Arnaud LEROY sur le tourisme

02/05/17

Le tourisme est un trésor pour la France, et en conséquence une priorité nationale. La France est la première destination mondiale. Le tourisme est un formidable vivier d’emplois, 2 millions de personnes travaillant dans ce secteur. Mais il fait également face à des défis considérables. La qualité croissante de l’offre étrangère d’Espagne, d’Italie, d’Allemagne et des Etats-Unis et la menace terroriste qui pèse sur la France sont autant de défis auxquels nous devons rapidement faire face. Ils exigent une implication efficace et moderne de l’Etat dans la promotion de la destination France.

Notre action doit se dérouler en deux temps : effectuer une évaluation des actions menées suite aux assises du tourisme de 2014 puis initier de nouvelles mesures pour renforcer le secteur sur la base d’une stratégie nationale claire, lisible et équilibré sur l’ensemble du territoire, hexagonal comme ultramarin. Les contraintes notamment règlementaires l’asphyxient. Leur identification et simplification seront réalisées autour d’un contrat de confiance avec les professionnels du secteur. Dans le même temps un moratoire sur les normes pour les reprises et transmissions sera décidé pour empêcher la disparition de trop nombreux hôtels et restaurants à cette période cruciale. Ces allègements règlementaires seront accompagnés de mesures plus larges telles que la suppression du RSI, la baisse des charges sociales et l’ouverture de l’allocation chômage à tous en cas de démission. L’engagement pris d’avoir un unique interlocuteur public dans le domaine du tourisme renforcera la rapidité et l’efficacité de la France dans la conduite de ces mesures.

Nous devons dans le même temps accroitre les capacités de financement des acteurs du secteur en assouplissant les crédits baux, en favorisant les PPP locaux et en créant un crédit d’impôt pour la rénovation des logements en zones touristiques et plus spécifiquement dans le cadre d’opérations de transition énergétique et de tourisme à caractère social.

Les moyens d’actions d’Atout France doivent également être accrus pour financer une politique ambitieuse de promotion de la France à l’étranger, renforçant les synergies avec les régions. Par le biais des grands salons organisés en France, l’Etat doit endosser le rôle d’ambassadeur de ses industries, de ses services, de son économie, ce que fait l’Allemagne pour assoir sa politique d’exportation. C’est un enjeu économique majeur. Cette stratégie doit s’accompagner d’une politique de formation à destination des professionnels du secteur, au plus proche de leurs besoins. L’enjeu du renforcement de la taxation des plateformes est également crucial pour assurer une concurrence juste et contribuer au financement de nos ambitions pour le tourisme.

Il ne faut pas oublier que les premiers touristes en France sont les Français eux-mêmes et que le soutien de leur pouvoir d’achat est prioritaire pour le dynamisme du secteur. La facilitation de la distribution des chèques vacances permettra de renforcer l’équité dans l’accès aux vacances.

Le tourisme français est une source essentielle de brassage culturel et de rayonnement international de notre pays. Au contraire, faire le choix du repli, ce serait faire le choix du sacrifice de ce secteur qui contribue grandement à la richesse de la France. 

Arnaud Leroy Deputé, porte-parole d'Emmanuel Macron

Germain Lelarge, entrepreneur