Roland HEGUY : «Face à l'instabilité fiscale, l'entrepreneur est dans un entonnoir»

10/10/13
Roland HEGUY

Roland Héguy est patron de l'hôtel Le Windsor, du restaurant Le Galion et de la brasserie Le Bleu Café à Biarritz. Il emploie 50 salariés et réalise 3 millions d'euros de chiffre d'affaires.

 

 

«Face à l'instabilité fiscale, l'entrepreneur est dans un entonnoir, il n'a aucune capacité à bouger les épaules», résume Roland Héguy, à la tête d'un hôtel quatre étoiles, d'un restaurant et d'une brasserie à Biarritz. Il ne décolère pas d'avoir vu la TVA dans la restauration1 passer de 19,6% à 5,5% en 2009, pour remonter à 7% en 2012, puis 10% en 2014. L'hôtellerie n'a pas non plus été épargnée puisque son taux de TVA (historiquement établi à 5.5%), aura été doublé en moins de 3 ans en passant à 10% le 1er janvier 2014. A cela s'ajoute la nouvelle taxe sur les alcools forts, et celle sur les sodas. Au début de l'année, c'était au tour de la bière de subir une hausse de 160 % du droit d'accise. En pleine torpeur estivale, un rapport parlementaire préconisait même une taxe sur l'hôtellerie de luxe… pour aider au financement des colonies de vacances.

 

«Incertitude permanente»

 

«Chaque jour on s'attend à une nouvelle taxe. On vit dans l'incertitude permanente. On est privé de toute visibilité, ce qui freine nos projets d'embauche et d'investissements. Pourtant le secteur du tourisme pourrait former et embaucher énormément», regrette-t-il. Roland Héguy appelle donc à une «sérénité fiscale»2 pendant trois ou quatre ans, afin que les entreprises puissent se développer et retrouver de la croissance, alors même que leurs marges sont rognées et que le pouvoir d'achat des clients se rétrécit. Mais, on n'en prend pas le chemin. Roland Héguy voit surtout «le ciel s'assombrir» avec les négociations à venir sur le temps de travail et la pénibilité «qui créent encore une fois beaucoup d'incertitude».

 

Par Marie-Cécile Renault