Partenariat Booking.com - région Ile de France : l’UMIH écrit à Valérie PECRESSE

19/06/18

L’UMIH et le GNC ont écrit à Valérie PECRESSE, présidente de la région Ile-de-France suite à l’annonce faite dans la presse selon laquelle la région Ile-de-France avait prévu de mettre en place cet été une « application » en partenariat avec Booking.com pour attirer les touristes chinois 

Les plateformes de réservation en ligne restent des opérateurs incontournables et grâce aux nombreuses actions contentieuses et législatives de l’UMIH et du GNC, les relations avec Booking.com se sont améliorées[1].

Dans le courrier, l’UMIH rappelle que « l’application va entrainer un renvoi des clients vers la plateforme Booking.com qui n’est qu’un mandataire intermédiaire dans la distribution de nos chambres d’hôtels et dont le montant moyen des commissions est excessif (de l’ordre de 20 à 25% du prix de la chambre), au lieu du site direct de nos établissements. (…) Nous regrettons que seul cet acteur ait été en mesure de répondre à la demande de la Région et qu’il n’existe aujourd’hui pas d’offre concurrentielle équivalente qui puisse capter ce marché chinois. En effet, la plateforme numérique de promotion de la destination France, « rendezvousenfrance.com », à laquelle nous avions travaillé avec Atout France pendant près de 4 ans, n’a malheureusement jamais vu le jour, faute de moyens - ou d’ambitions. »

C’est pourquoi, l’UMIH et le GNC plaident pour que le montant des commissions soit réduit puisque des deniers publics sont en jeu : « Le développement du tourisme et la réalisation d’actions de promotion touristique de la région Ile-de-France pourrait ainsi s’opérer tout en préservant les intérêts des acteurs majeurs du tourisme et en accompagnant les efforts des hôteliers français qui investissent et emploient plus de 200 000 personnes en France. »



[1] Saisine de la Commission d’Examen des Pratiques Commerciales (CEPC) en juin 2012

Saisine de l’Autorité de la concurrence contre Booking.com, Expedia et HRS le 2 juillet 2013,

Loi Macron promulguée le 7 août 2015 imposant le contrat de mandat à l’article L. 311-5-1 au Code du tourisme,

Loi pour une République Numérique, Décret du 5 octobre 2017 ajoutant des obligations à la charge des plateformes en ligne,

Décision du 7 mai 2015 du Tribunal de Commerce c/EXPEDIA reconnaissant que les clauses de parité tarifaire et de conditions constituent un déséquilibre significatif,

Décision du 29 novembre 2016 du Tribunal de Commerce c/BOOKING donnant raison pour l’essentiel au Ministre de l’Economie et à l’UMIH,

Arrêt de la Cour d’Appel c/EXPEDIA du 21 juin 2017 condamnant Expedia à verser à l’Etat une amende de 1 million d’euros et à retirer les clauses de parité tarifaire de ses contrats.