Meublés touristiques : Paris veut étendre la taxe de séjour

15/05/14

Jean-François Martins, adjoint au maire de Paris chargé du Tourisme, a annoncé mercredi 14 mai vouloir étendre aux sites de location touristique entre particuliers tels que Airbnb la taxe de séjour acquittée par les hôteliers.

 

L’UMIH se félicite de cette décision qui va dans le sens du message porté par notre organisation : appliquer aux nouvelles plateformes de locations de meublés des règles du jeu équitables. Les locations de meublés se professionnalisent : des étages entiers d’immeubles dans toutes les grandes villes françaises et européennes sont dédiées à cette activité. L’UMIH souhaite également interdire la location pour les courts séjours inférieurs à 6 nuits. C’est une étape supplémentaire vers la régularisation de ces activités professionnelles.

 

"Tous les établissements hôteliers payent cette taxe qui est la contribution des touristes aux services publics dont ils vont bénéficier : la propreté, la sécurité, les transports en commun, etc. (...) La question est (pour ces sites) qu’ils deviennent collecteurs d’une taxe qui concerne toute l’hôtellerie", a déclaré M. Martins au cours d’une conférence de presse à l’Hôtel de Ville.

 

M. Martins entend également demander aux sites de location d’aider les pouvoirs publics à lutter contre la "spéculation" immobilière en les aidant à identifier "les propriétaires qui louent leur bien plus de 90 à 120 jours par an".