Les Français boivent moins de bière

16/12/13
Verres de bière

La consommation de bière en France a reculé depuis la hausse des taxes en janvier, avec une baisse marquée des demis aux comptoirs qui affecte les grands brasseurs ainsi que les cafés et restaurants, annoncent vendredi 13 décembre les Brasseurs de France. Le marché est en recul de 3% à fin septembre et la consommation a même chuté de près de 8% dans les cafés, hôtels, restaurants (CHR), s'inquiète l'organisation professionnelle à l'occasion de son Assemblée générale annuelle. Car les prix ont augmenté de 14% depuis janvier et la production (en volumes) a baissé de 10% en moyenne.

 

La hausse des droits d'accises sur la bière de 160% au 1er janvier a surtout touché les grandes marques de bière, plus présentes dans les cafés que les petits brasseurs, commente Philippe Vasseur, président des Brasseurs de France. Pour les cafés et restaurants, ce recul des ventes est lourd. "La bière est, avec le café, un de leurs deux piliers : c'est là-dessus qu'ils font leur marge", poursuit cet ancien ministre de l'Agriculture.

 

"La hausse des droits d'accises sur la bière a entrainé une augmentation de 30 centimes pour le demi, ce qui est beaucoup. Parallèlement, la marge du cafetier n'a pas bougé", complète Roland Héguy, président de l'Umih, le principal syndicat d'hôteliers et de restaurateurs.

 

"La consommation en CHR est très touchée sur l'année 2013; les professionnels sont affaiblis, les clients s'éloignent. Et parallèlement, on voit de plus en plus d'alcool dans la rue. Les grandes surfaces elles sont moins touchées", dit-il. Le marché était plutôt stable depuis 2008 même s'il connaît une baisse tendancielle depuis une trentaine d'années. Et la France ne se situe qu'au 26e rang des consommateurs de bière dans l'Europe avec une moyenne de 30 litres par habitant et par an, dans un pays qui boit surtout du vin.

 

Dans ce contexte, les brasseries misent beaucoup sur les bières de spécialité, de dégustation, de plus en plus sollicitées. Mais pour "monter en qualité, il faudra restaurer l'image de la bière", selon Philippe Vasseur. L'augmentation des droits d'accises doit permettre de renflouer un peu les caisses de la Sécurité sociale en rapportant 810 millions d'euros par an à l'État, contre 330 millions précédemment.

 

Source : dépêche AFP