L’UMIH contre un déclin programmé de l’apprentissage

22/07/13
Second de cuisine

L’indemnité compensatrice de formation pour les contrats d’apprentissage sera supprimée !

 

Voici l’annonce faite par le gouvernement lors du comité interministériel pour la modernisation de l’action public du 17 juillet 2013, gouvernement pour lequel les jeunes, la formation et l’emploi sont des priorités !

 

Cette décision unilatérale et sans concertation, intervient moins d’un mois après la rencontre du Ministre de l’Emploi, Michel Sapin, avec la Présidence Confédérale. La sollicitation du Ministre pour développer l’emploi des jeunes dans notre secteur, via notamment l’apprentissage, est difficile à comprendre au regard de cette annonce.

 

Aussi l’UMIH a réagi immédiatement et a contacté le Ministère, contestant cette décision inique dans un contexte de mobilisation générale pour l’emploi des jeunes en alternance. Elle a rappelé l’investissement de nos entreprises qui accueillent près de 35 000 apprentis et les engagements de la profession pour le développement d’un apprentissage de qualité avec notamment la revalorisation du salaire des apprentis, la mise en œuvre d’une mutuelle ou encore la création du permis de former…

 

Dans un même temps, l’UMIH a sollicité les organisations interprofessionnelles (CGPME, Medef, UPA) afin d’organiser une action commune et d’ampleur pour défendre l’intérêt de nos entreprises sur cette question.

 

Face à cette mobilisation, le 19 juillet dernier, le Ministère du travail a indiqué que le dispositif serait finalement remplacé dans les entreprises de moins de 10 salariés par une autre aide définie et versée par les régions !!!

 

Pour l’UMIH, cette volte-face du gouvernement est une première avancée qu’il convient toutefois d’étendre à toutes les entreprises, quel que soit leur effectif.

 

Il faudra également rester extrêmement vigilant sur les modalités de mise en œuvre de la nouvelle aide, afin qu’elle garantisse un montant au moins équivalent à celui de l’Indemnité Compensatrice de Formation, sans imputer le crédit d’impôt prévu pour l’accueil d’apprentis.

 

Il s’agit dans un contexte économique déjà difficile de ne pas pénaliser de nouveau les entreprises en organisant la pénurie de qualifications disponibles dans le secteur CHRD.

 

L’UMIH reste mobilisée et veillera à défendre au mieux les intérêts de ses adhérents.