Enquête Besoin en Main-d'oeuvre Pôle emploi 2014

14/04/14

L'enquête sur les Besoins en main-d’œuvre fait état de 1 700 500 projets de recrutement dans les 388 bassins d’emploi français (métropole et DOM), soit une augmentation de 5,4%par rapport à 2013, dont 225 934 pour le secteur de l'hôtellerie-restauration.

Télécharger les chiffres des projets de recrutement pour le secteur de l'hôtellerie-restauration

(par régions)

 

Avec 1,5 point de plus qu’en 2013,la part des employeurs envisageant de réaliser au moins une embauche au cours de l’année 2014 atteint 19,5%,ce qui correspond à 450 700 recruteurs potentiels. Si lapropension à recruter augmente dans l’ensemble des structures de 50 salariés ou plus, elle stagne pour ceux de 1 à 49 salariés.

Près de la moitié des recrutements envisagés sontdes emplois durables(CDI ou CDD de six mois ou plus). La majeure partie des projets annoncés est motivé par une anticipation de surcroît d’activité(42,7%). Pôle emploi demeure un intermédiaire privilégié puisque sept établissements sur dix envisagent de confier leurs recrutements à Pôle emploi, notamment pour les recrutements d’emplois jugés difficiles.

Cette année encore, figurent parmi lesprofils les plus demandés, plusieurs métiers de services aux particuliers comme les animateurs socioculturels, les aides à domicile ou les aides ménagères, les serveurs de café et de restaurant, les employés de l’hôtellerie.

Les services aux entreprises offrent également de nombreuses opportunités, soit sur des postes opérationnels et peu qualifiés (agents d’entretien de locaux, manutentionnaires), soit sur des postes de cadres (ingénieurs, cadres d’études et R&D en informatique).

Les contrats saisonniers représentent 39,2% des anticipations d’embauche, en hausse notable par rapport à 2013 (+3,4 points).

La proportion de projets de recrutement considérés comme difficiles par les employeurs atteint 35,7 % et baisse de 5,7 points par rapport à l’an dernier. La métallurgie, les industries manufacturières, le secteur du commerce et de la construction sont particulièrement affectés. Selon les employeurs, ces difficultés sont le plus souvent liées aux profils inadéquats ou à la pénurie de candidats. La formation des salariés (venant de l’extérieur ou déjà présents dans l’entreprise) reste selon eux le meilleur moyen de remédier à ces difficultés.

Télécharger l'étude