Conseil d'Administration de l'UMIH

12/05/14
CA UMIH

Plus de 150 personnes étaient présentes au Conseil d'Administration de l’UMIH où de nombreux sujets ont été abordés : la réforme de la représentativité patronale, la dématérialisation des titres-restaurants, les actions contre les centrales de réservation en ligne, le fait-maison, les travaux de la commission Syndicalisation et Développement.

 

Un Conseil d’administration de travail et de cohésion

Dans son discours Roland Héguy est revenu sur la forte mobilisation des présidents départementaux à relayer le manifeste de l’UMIH et du GNC pour rappeler aux élus locaux le poids économique et social de notre secteur dans l’économie nationale. « En remettant le Manifeste à vos élus, vous avez montré notre poids économique et politique. On ne considère pas encore assez la contribution économique de notre secteur. Et dans la vie municipale, les élus doivent savoir qu’un restaurant, un café, un hôtel, un établissement de nuit, c’est de l’activité économique, c’est de l’emploi, c’est aussi de la vie sociale ! », a-t-il martelé. Pour continuer sur cette lancée, l’UMIH a décidé d’interpeller également les élus européens et a adressé à l’ensemble des candidats aux élections un document de 15 recommandations concrètes. Roland Héguy a insisté sur un point en particulier « Tout simplement nous demandons un interlocuteur européen ».

 

Des avancées obtenues par l’UMIH

Le président de l’UMIH s’est également exprimé sur le dossier accessibilité « Ce qu’on a obtenu est capital. Pour moi, c’est vraiment une satisfaction parce que c’est un des dossiers les plus sensibles. Si on en était restés au décret initial, la conséquence vous la connaissez : c’était 3 à 4 000 hôtels de plus et des milliers de bars, de restaurants, de discothèques qui auraient disparu ».

 

Notre force, c’est notre cohésion

Puis, Roland Héguy a abordé le sujet de la réforme de la représentativité patronale en insistant sur les enjeux de cette loi et en démontrant à tous « les atouts extraordinaires de l’UMIH : C’est le nombre d’adhérents, le nombre des salariés ; la qualité des élus, c’est vous et le nombre de mandat que vous représentez ; la qualité des personnels de l’UMIH ; la qualité de l’expertise que l’on nous envie ; un centre de formation reconnu et de qualité ; Et c’est bien sûr notre cohésion, notre motivation. Nous devons être sans complexe. Plus que jamais l’UMIH est soudée. Je le mesure dans votre confiance et votre fidélité ».

Rappelons que la loi du 5 mars 2014, relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale engage une réforme du paysage de la formation professionnelle, en modifiant notamment le financement, et pose les règles de la représentativité patronale. Jusqu’à présent, contrairement aux organisations de salariés, aucun texte ne définissait la représentativité patronale, cela sera chose faite. C’est une vraie révolution qui va se mettre en place dans les trois années à venir. L’ensemble des présidents départementaux est mobilisée pour permettre à la confédération qu’est l’UMIH, de répondre à tous les critères énoncés dans la loi.

D’autres dossiers ont également été abordés tels que : les relations avec les centrales de réservation en ligne, le Fait maison, les rythmes scolaires, la dématérialisation du titre restaurant…

L’UMIH est au travail dans l’intérêt de ses adhérents et de la profession.