Assemblée générale de l’HOTREC : L’UMIH en première ligne

17/04/14

L’UMIH, en la présence de Laurent DUC et Jean-Marc BANQUET D’ORX, a participé à la 68ème Assemblée générale de l’Hotrec qui s’est tenue à Rome les 10 et 11 avril.

L’UMIH, membre fondateur de l’Hotrec, est consciente de l’impact des décisions européennes sur notre industrie : c’est pourquoi, forte de ses 85% des professionnels indépendants syndiqués et voulant participer aux décisions européennes, elle a créé l’Hotrec il y a plus de trente ans. L’HOTREC regroupe aujourd’hui 42 associations nationales de 27 pays européens différents et représente les intérêts du secteur des cafés, hôtels, restaurants, établissements de nuit au niveau européen.

La priorité pour l’Hotrec, comme pour l’UMIH, est le sujet de la distribution en ligne de notre secteur hôtellerie-restauration, avec l’entrée de nouveaux acteurs, des géants internationaux de l’Internet, dont les taux de commissions ont rapidement flambé et dont les comportements abusifs et même certains dysfonctionnements de concurrence nécessiteront d’être corrigés. C’est la force de notre action et de celles d’autres pays européens qui porteront leur fruit à un niveau européen.

Il s’agit également de veiller au niveau européen à ce que les efforts demandés à notre profession, en termes de fiscalité et de réglementation, soient bien partagés par tous les nouveaux acteurs, tels que les plateformes de réservation d’hébergement privé, dans le souci d’équité pour lequel l’UMIH se bat depuis de nombreuses années.

Lors de cette assemblée générale :

  • L’Hotrec a signé un protocole d’accord avec l'IHRA (Association Internationale de l’hôtellerie-restauration), visant à renforcer la collaboration entre les deux organisations sur des questions d'intérêt mutuel, y compris la normalisation, l'hébergement privé, les agences de voyage en ligne, l'emploi et les affaires sociales, le développement durable et le tourisme. Cela permettra d'assurer que les deux organisations parlent d'une seule voix pour la défense et le développement de notre secteur.
  • Le vice-président de la Commission européenne et commissaire chargé des entreprises et de l'Industrie, Antonio Tajani, est intervenu et a déclaré que la coopération active entre l’Hotrec et la Commission européenne avait joué un rôle-clé dans l'application des différentes mesures prévues dans le plan de mise en œuvre sur le tourisme, telles que l’amélioration des compétences professionnelles dans le secteur. Le vice-président de la Commission a également profité de l'occasion pour souligner l'importance du nouveau « paquet visas » lancé par la Commission le 1er Avril 2014. Ce paquet vise à faciliter les activités de traitement des visas et à encourager davantage de touristes à entrer dans l'espace Schengen (à savoir les voyageurs en provenance des BRICS).
  • Les associations membres ont élu M. Jean Marc BANQUET D’ORX à la présidence du Comité des Affaires sociales de l’Hotrec, deuxième organe représentatif de l’Hotrec auprès de la Commission européenne. C’est le fruit du travail mené depuis 5 ans par M. BANQUET D’ORX au sein du Comité.
  • L’importance des prochaines élections européennes (25 mai) a été rappelée. Nos concitoyens seront appelés aux urnes pour élire 74 députés français dans un Parlement européen renouvelé qui aura la responsabilité d’élire le président de la Commission et d’approuver sa composition. La nouvelle configuration des comités dépendra aussi des résultats des élections. La participation active au débat de chaque député pourra donc avoir une influence déterminante dans le quotidien de nos entreprises. L’UMIH adressera un document synthétisant nos 15 recommandations européennes à l’attention des candidats.

Chiffres clés du secteur en Europe

  • 1,8 millions entreprises
  • 460 milliards d’euros de chiffres d’affaires
  • 10 millions d’emplois dans l’UE (création de 2,5 millions d’emplois entre 2000 et 2010)
  • 20% des employés du secteur ont moins de 25 ans (contre 9% pour le reste de l’économie)
  • 33% des employés sont non-qualifiés (contre 20% pour le reste de l’économie)