Artisan-restaurateur : le Sénat rejette les amendements

12/09/13
Chef de cuisine

L’UMIH porte auprès des pouvoirs publics, depuis les discussions du Comité de filière, sa proposition sur la reconnaissance de la restauration artisanale. De nombreuses réunions de travail ont eu lieu avec les parlementaires sur ce sujet.

Alors que le projet de loi consommation est discuté cette semaine au Sénat, l’ensemble du groupe socialiste et des députés UMP avaient repris la proposition de l’UMIH en déposant un amendement relatif à la création de l'appellation artisan restaurateur !

 

Cette nuit et ce matin, l'amendement artisan-restaurateur n’a pas été adopté par les sénateurs, la ministre mettant en avant l’appellation « fait maison » comme réponse aux demandes des consommateurs et des professionnels. Pour l’UMIH, l’appellation fait maison est une avancée pour garantir au consommateur l’information qu’il souhaite, mais cette mesure, ciblée sur quelques plats, ne va pas assez loin dans la reconnaissance de la restauration artisanale.

 

La reconnaissance de l’artisan-restaurateur, c’est la solution :

  • pour garantir au consommateur la transparence mais également la qualité de l’intégralité des produits proposés dans le restaurant,
  • pour valoriser nos savoir-faire, nos métiers, en reconnaissant juridiquement l’appellation «artisan».


L’UMIH continuera de porter sa proposition auprès des députés pour la deuxième lecture du projet de loi relatif à la Consommation prévue en décembre à l’Assemblée nationale, et pour le projet de loi relatif à l’Artisanat qui devrait être discuté prochainement au Parlement.