70ème Assemblée générale de l'HOTREC: Priorité au numérique

27/04/15

L’UMIH a participé à la 70ème Assemblée générale de l’HOTREC les 23 et 24 avril 2015. Parmi les temps forts de cet événement, la Commissaire Européenne Elzbieta Bieńkowska est intervenue pour souligner que le secteur de l'hôtellerie, avec les autres industries touristiques, est la troisième plus grande activité socio-économique en Europe et est, par conséquent, essentielle pour la compétitivité et la création d'emplois en Europe. Elle a mentionné que dans les mois à venir, la Commission va présenter des propositions visant à réduire le fardeau administratif des PME, ce qui sera, à son avis, un grand avantage pour le secteur de l'hôtellerie-restauration. Elle compte aussi sur la poursuite d'une coopération fructueuse avec l'HOTREC et a mentionné qu'elle soutiendrait les priorités suivantes:

  • Promouvoir la numérisation des PME du tourisme;
  • Rationnaliser le cadre réglementaire et administratif dans son impact sur le tourisme;
  • Mettre à niveau les compétences du secteur du tourisme;
  • Favoriser les échanges entre basses et moyennes saisons du tourisme;
  • Et promouvoir un tourisme durable.

 

Ensuite, la parlementaire Européenne Claudia Tapardel, présidente de l’Intergroupe Tourisme, était également présente et a réaffirmé sa volonté de continuer à lutter pour les intérêts du secteur de l'accueil, par l'organisation de discussions fructueuses au sein de l'Intergroupe Tourisme au Parlement européen. "Le secteur du tourisme a continué de créer des emplois, même pendant le temps de la crise. Ce est un secteur très résistant. L'intergroupe est la voix du secteur du tourisme et est là pour aider à combler les comités sur les politiques touchant directement les PME du secteur du tourisme. "

Enfin, les hôteliers européens ont échangé sur les décisions conjointes des Autorités de la Concurrence française, suédoise et italienne vis-à-vis des engagements de Booking.com, et ont arrêté les positions suivantes : 

  • Nous considérons ces décisions comme une première étape, mais insuffisante.
  • Nous confirmons notre position défendue lors des procédures selon laquelle que les clauses de parité sont anticoncurrentielles.
  • L'industrie hôtelière européenne refuse d'être limitée par ces engagements dans sa liberté commerciale et tarifaire aux outils de communications hors-ligne (ex : téléphone, télécopie).
  • Nous ne sommes pas convaincus des effets positifs supposés des engagements.
  • Nous notons que, pour le moment, il y a maintenant deux approches validées au niveau européen pour aborder la question des clauses de parité dans les contrats avec les hôteliers : La voie « négociée » de la France, l’Italie et la Suède et l’interdiction totale des clauses de parité de l’Allemagne.
  • Chacun des membres de l’Hotrec examinera l’intérêt de la procédure d’appel auprès de son autorité de la concurrence.