Pour le secteur du tourisme, les vacances scolaires doivent être réformées

06/02/13

Les professionnels du tourisme souhaitent que la réforme des rythmes scolaires s'étende aux vacances avec la mise en place d'un nouveau calendrier et demandent au gouvernement dans un communiqué publié mercredi de mener la réforme "à son terme et dans sa globalité".
"La question des rythmes scolaires ne s'arrête pas à la question de la demi-journée de classe supplémentaire qui existait déjà avant 2008", écrivent des fédérations représentant les hôteliers, les tour-opérateurs, les agences de voyage et les secteurs aériens et automobiles (Umih, Ceto, Snav, Fnam et CNPA).

"La réforme des rythmes scolaires, ce n'est pas une réforme +à la carte+, c'est une démarche cohérente et à long terme", regrettent les organisations.
C'est une "réforme sociétale majeure" qui doit prendre en compte "les nouveaux comportements des Français" par rapport à leurs vacances, estiment les professionnels.
"Nous observons un morcellement des vacances tout au long de l'année sur des périodes plus courtes au détriment des traditionnelles longues vacances estivales", précisent-ils.

Parmi les propositions qu'ils souhaitent voir prises en compte par la réforme, "pour faire coïncider les intérêts de tous", figurent notamment le raccourcissement des vacances estivales à 6 semaines avec l'instauration d'un zonage et le maintien des vacances d'hiver en février et des vacances de printemps en avril.

Les professionnels soulignent également "l'importance du week-end de deux jours pleins pour les activités en famille".
Un premier décret sur les rythmes scolaires, publié fin janvier au Journal officiel, entérine le retour à la semaine de 4, 5 jours en primaire à la rentrée 2013, avec possibilité de dérogations pour le choix du samedi matin et pour un report à la rentrée 2014.
Les communes doivent se déterminer avant fin mars pour une mise en oeuvre à la rentrée 2013 ou 2014.
"C'est une réforme difficile, mais aujourd'hui, le gouvernement et l'ensemble des élus de la nation doivent avoir le courage de la mener à bien et de façon équitable", selon les professionnels du tourisme