Les hôteliers revendiquent ".hotel"

07/04/13

Les voyagistes en ligne Booking et Despegar se sont portés candidats au nom de domaine Internet ".hotel". Les groupes hôteliers tente de contre-attaquer.

Qui gagnera la course au nom de domaine lancé par l'Icann, autorité mondiale du Net? L'organisme a autorisé il y a deux ans l'usage des noms communs en complément des ".fr", ".com", etc. Le ".hotel" est précieux car les internautes qui réservent sur Internet utilisent ce mot pour activer leurs recherches. Deux voyagistes en ligne, le hollandais Booking et l'uruguayen Despegar, se sont portés candidats les premiers pour ".hotel", ".hotels", ".hoteis" (portugais) et ".hoteles" (espagnol). Au grand dam de l'association FHE (French hospitality in Europe) qui regroupe les chaînes Accor, B&Bhotel etc., et les indépendants.

Les voyagistes en ligne captent la clientèle

La FHE a saisi la chambre internationale de commerce de Paris pour bloquer les candidatures Booking et Despegar avant qu'il ne soit trop tard. "Ces groupes ne possèdent pas ou ne gèrent pas d'établissements hôteliers. Ils ne sont pas légitimes à bénéficier du “.hotel”", défend Laurent Duc pour l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih), et hôtelier à Villeurbanne (Rhône).

Il reste quelques mois pour convaincre l'Icann. Selon les pros du tourisme, les voyagistes en ligne captent la clientèle. "Booking, par exemple, lie son nom à celui d'un hôtel. Résultat, le client qui veut réserver se retrouve sur le site de Booking et non sur celui de l'établissement", pointe Laurent Duc. Car chaque vente se traduit par une commission pour le voyagiste. Selon MarkMonitor, 580 millions de visiteurs ont été détournés en 2011. Soit un manque à gagner de 1,54 milliard d'euros.

Marie Nicot